La plus haute falaise de région parisienne – par Guillaume L.

La « conti » au Viaduc des Fauvettes.

Amis franciliens bonjour !

Vous qui aimez la tranquillité de la capitale au mois d’Août,
Vous qui ne savez pas où grimper dans notre région les week-ends mis à part dans notre grande forêt domaniale où les blocs de grès pullulent,
Vous qui aimez découvrir des sensations de grimpes nouvelles,
Vous qui n’avez pas de voiture,
Alors nous avons trouvé l’endroit qu’il vous faut : la plus haute falaise de l’Île-de-France !

Le dimanche 4 août dernier, Anne, Seb et moi-même sommes partis au viaduc des Fauvettes à Bur-sur-Yvettes dans le sud de la capitale. L’accès est très simple puisque ce viaduc se situe à 15 min d’approche d’un arrêt du RER B (La Haquinière).

Ce viaduc, construit entre 1907 et 1913, est conçu de 16 arches. Il servait autrefois de voie de chemin de fer. Plus aucun train ne passe depuis 1953, suite à une destruction partielle pendant la seconde guerre mondiale. Depuis, le viaduc a été rénové, il est devenu un site d’entraînement de spéléologues et de grimpeurs. Le viaduc fut édifié par superposition de pierres de Meulière taillées en hexagone (Cocorico !). Vous allez me dire, mais comment peut-on grimper sur un viaduc constitué de pierres lisses ? Je crois qu’il est important de faire un point géologie et culture.

Il est important de noter ce qu’est la meulière ! La meulière est un calcaire dépourvu en grande partie du carbonate de calcium (composant principal du calcaire). Ce carbonate de calcium ainsi libéré laisse place à une proportion majeure de silice. Ce calcaire devient alors hyper rigide. La particularité de la Meulière du viaduc est son côté caverneux. D’où son tommyztunez.com potentiel de prises inimaginable !

Petit plus culture : c’est avec cette roche que l’on fabriquait les meules !

L’endroit est assez surprenant mais plus que bucolique ! Ce qui est fort appréciable, à une heure de Paris.

Parlons d’escalade maintenant. Le viaduc comme je vous le disais est constitué de 16 arches, allant de 9m à 36m ! Oui, vous avez bien entendu 36m. Il y a 133 voies allant du 3b au 7b. Pas de quoi donc s’embêter pendant une sortie dominicale.

Nous avons commencé par une voie assez « facile », 5a sur le papier jusqu’au relais, j’ai nommé Chlorophylle. J’ai eu le privilège d’ouvrir la voie après ma trêve estivale de juillet. Ben pas facile facile le viaduc ! Le mot d’ordre est la CONTI ! Trouver des repos là où il y en a (c »est-à-dire pas souvent) !

Pour la faire court, nous avons grimpé environ 4 à 5 voies de difficultés croissantes au cours de cette journée. Ça nous a complètement cassés (sauf Anne qui a plutôt bien apprivoisé cette roche caverneuse). Mais en tout cas, nous y retournerons car il y a des voies très intéressantes qui méritent bien le détour.  Avis aux amateurs pour l’été prochain ou les week-ends ensolieilés d’hiver !

Bye bye.
Guillaume.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *